Un grand moment de cinéma : la Valse d'Heaven's Gate

Publié le par Sylvain Thuret

la-porte-du-paradis2-copie-1.jpg

Quand la forme fait sens et que le sens est en grande forme, on frôle assurément, les Portes du paradis. Explications en deux temps trois mouvements, sur la base d'une note en anglais rédigée sur Youtube.

 

The opening Waltz is the Allegretto of their youth. It symbolizes their promise & their dreams. It is a metaphor of the rank they already occupate in society and life, as well as their longing and desire for luxury. Prior to this scene, the final graduation speech told them "you are Top Gun, go build America", while we the students are winking at the ladies. In the most complete cut available, there goes a second speech from the so called chosen valedictorian  (John Hurt). While the former speech was about unheard responsibility, this one is a moquery, everyone laughs and it finally say "We won't participate in any change or progress".

The Waltz scene is a complex and masterfully rendered sex + social laddering image. Just look at the circles they are drawing around the tree and how they are swapping partners. This is how they roll their eve of life. They think they are about to enter something. But something in it says their world is a closed one.        

The prologue from The Deer Hunter, with the wedding, the drop of blood and the frenetic dance, shares a same undercurrent meaning & narrative logic. The promise of a somewhat "big country" is biased if not broken. The energy spent through dancing, flirting and drinking is foreshadowing the violence. Moreover the dance forecasts the violence. And its all breathtaking beauty, tangled with the most articulate drive. Cimino could have stopped right there, and the movie was already a classic. But he does it again, several times, like a passionate lover. 

Heavens-gate.jpg

La Valse qui ouvre le prologue de la Porte du Paradis de Michael Cimino représente le Sacre du Printemps de cette bourgeoisie Harvardienne. Elle est la métaphore du rang qu'ils occupent déjà au sein de la société mais aussi leur désir de luxure et de pouvoir. Juste avant cette scène, un discours leur était donné, sur les valeurs et la responsabilité qui était la leur, celle de l'élite, à qui il est échue de construire la Nation. On y voyait des étudiants visiblement plus préoccupés par leurs partenaires féminines. La Scène de la Valse est une image complexe et construite avec maestria qui représente ce mélange de désir sexuel et d'appartemance à une classe sociale : regardez la façon dont leur pas dessinent des cercles et comment ils évoluent de partenaire en partenaire. 

Dans la Porte du Paradis, cette scène raconte les possibilités infinies qui s'offrent à eux... en cercles concentriques. Tout cela dans une danse à la fulgurante beauté. Cimino aurait pu s'arrêter là, il tenait déjà un classique. Mais il persiste et signe à plusieurs reprises tout au long du film, tel un amant passionné.  

 

SOURCES

Final Cut: The Making and Unmaking of Heaven's Gate, documentaire consacré au film:
 
http://www.youtube.com/watch?v=hdcRiPLp4oU 


La Porte du Paradis, les Démons de la Démocratie,
par Jean-François Buiré, Simulacres, Ruines 2 (2002).
 
 
Un article fourni de Cadrage.net : 

Publié dans Cinéma

Commenter cet article