Riz noir, fiction de soie

Publié le par Sylvain Thuret

oK.jpg

Après avoir publié deux recueils de nouvelles, Riz noir est le premier roman d'Anna Moï. Paru chez Gallimard en 2004, il a été choisi par l'Education nationale pour une nouvelle collection pédagogique à destination des lycéens, "Romans d'aujourd'hui". 

"Je n'ai pas voulu faire un livre de guerre" dit-elle au sujet de son oeuvre. Ce récit de captivité, l'enfermement de deux jeunes soeurs, est emprunté au coeur du conflit vietnamien. Le livre inscrit ainsi quelques événements marquants, comme l'offensive du Têt et l'immolation d'un bonze à Saigon, image que l'on retrouvera en 1992 sur la pochette du premier album de Rage Against the MachineIl se teinte pourtant d'une sensualité où le regard, la nature, les sens et la soie occupent une place importante. Le "noir" du titre rappelle autant les ténèbres - la couleur d'une exécution sur le poste de télévision, la cage elle même - que le travail de la soie. Au delà des faits historiques, c'est une lettre d'amour aux richesses de son pays.

 

"C’est ma première nuit dans une cage à tigres du bagne de Poulo Condor et le bruit que j’entends est celui de l’Océan Pacifique".

 

Pour l'auteur, qui a choisi la langue française pour écrire le Vietnam, le choix de l'enfermement n'est pas anodin et traduit peut-être les liens qui l'attachent à son pays d'origine. Par de nombreux aspects, Riz noir semble être un héritier du Nouveau Roman. Sa construction, une succession de courts chapitres, dont les trois premiers ont été pensés comme des nouvelles, les ruptures de temporalité dans le fil continu de la narration, le rapport fiction/Histoire et le léger flou recouvrant certaines informations favorisent le mystère... et la curiosité. 

 

"C’était un jour de juin : la fin de la saison sèche, et de beaucoup d’autres choses, par exemple de mon enfance".  

       

 

Ici on aborde la littérature, le monde et l'histoire par un roman court et lumineux, qui courtise suffisement de zones d'ombres pour donner envie d'en voir et d'en savoir plus. Accompagné du support DVD produit pour Romans d'aujourd'hui, avec un entretien simple et riche et des lectures du texte à haute voix, le mot prend corps et devient chair. Et si le reste de la collection ressemble à ce premier essai, c'est une réussite.


IMAGES DU VIETNAM

Afin de compléter cet article, je vous propose une sélection de photographies récentes du Vietnam, prises par ma famille en février 2011. Le travail de sélection s'est effectué sur plus de 1000 clichés et j'espère que cela vous plaira ! Sylvain 

 

DSC02886
Le travail de la terre dans un village des minorités au Nord-Ouest du pays. 

 

 

DSC02846.jpg
Une maison dans un village des minorités.

 

 

DSC02901.jpg
Un parterre de fleurs devant le mausolée de Hô Chi Minh à Hanoi. 

 

DSC03056.jpg
Une cabane de pêcheurs à Dong Hoi. 

 

 

DSC03066.jpg
Rizières, Dong Hoi. 

 

 

DSC03121.jpg
La casquette et le casque de colon. 

 

 

DSC03124.jpg
Une vieille dame et sa palanche.  

 

 

DSC03138.jpg
Le 17e parallèlle. 

 

 

DSC03215.jpg
Tombeau de Tu Duc. 


 

 

DSC03467.jpg
Plateau du Lac Lak.

 

 

DSC03489.jpg

 

DSC02937.jpg
Une étudiante prend la pose. 

 

 

DSC03565.jpg
Le bal des scooters.

 

 

DSC03571.jpg

 

 

DSC03580.jpg

 

 

DSC03602.jpg
Le travail de la laque. 

 

 

DSC03567.jpg
Que des jeunes filles !


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fanfan 16/03/2011 14:06


Et bien voici un tout petit commentaire d'une autre bibliothécaire... Je n'ai pas encore lu ce livre, mais ton article Sylvain m'a donné envie de le lire, et j'ai beaucoup apprécié les photos
aussi, magnifiques, mais qui confirment malheureusement ce que je sais déjà, ce climat n'est pas pour moi, rien que mon écran est devenu humide, et pour rien au monde je n'irais passer une nuit
dans cette cabane de pêcheur...à moins qu'il se nomme Leonard ou Georges...mais pourtant c'est la photo que je préfère !


Sylvain Thuret 11/03/2011 18:40


En l'état le livre est très bon et me donne envie de lire les autres !

Si ce n'est pas clair dans l'article, il s'agit d'une proposition de l'organisme Sceren de l'Education Nationale à destination des lycéens.

Ce n'est donc pas une "oeuvre programme", mais une collection accompagnant la lecture des auteurs de la sélection.

Et mine de rien, tu serais pas en train de dire que j'écris des trucs que je pense pas hein mmm ? Je reçois des communiqués de presse qui proposent de traiter des oeuvres sur mon blog et je demande
de recevoir celles sur lesquelles j'aurais une valeur ajoutée et en laquelle je crois.

Le risque est effectivement de me retrouver avec une oeuvre qui ne me plait pas du tout, à ce moment là pas d'article. Et quand j'écris, j'investis entre 5 et 20h de travail entre la lecture des
oeuvres et la publication.

Je tiens à entretenir de bons rapports avec mes interlocuteurs. Pour autant cela ne veut pas dire que j'accepterai de relayer et soutenir des oeuvres qui ne m'intéressent pas ou ne rentrent tout
simplement pas dans ma sphère.

Pour les autres lecteurs, labeille est ma première lectrice depuis trois ans, une amie bibliothécaire qui tient un blog littéraire top moumouth mais qui veut pas le rendre public.

Je ne peux donc pas vous en parler ouvertement ici. Et c'est bien dommage.

Sylvain
El blogmaster


labeille 11/03/2011 15:56


Attention, la recommandation Éducation Nationale n'est pas forcément un gage de qualité. (je ne dis pas que ton livre n'est pas bien, hein !)
Je me méfie de ce que "préconise" l'EN, notamment en matière de livres... et de ce qu'ils en font avec. L'EN n'est pas la panacée ! Faut désacraliser. qu'on se le dise !(je le vois tous les jours
avec les enseignants qui viennent à la bib qui savent limite pas lire (! bon, ok j'exagère... un peu)