The Last guardian : rite de passage, acte III

Publié le par Sylvain Thuret

Lors du dernier E3 il y a eu des big, et il y a eu des bang.

Et puis il y a eu ça :



The Last Guardian Trailer PS3 E3 2009
envoyé par Gameblog. - Découvrez plus de sujets sur les jeux vidéo !


Après Ico et son petit garçon perdu dans un labyrinthe, Shadow of the colossus et son jeune héros affrontant le gigantisme du monde, The Last guardian s'annonce comme une synthèse de ces deux précédents jeux. Si le premier proposait une quête initiatique aux relents de culture chevaleresque, proposant déjà une vision du monde comme un vaste labyrinthe, le second enfonçait véritablement le clou avec des adversaires hautement symboliques, pouvant être interprétés comme l'adversité, la mort, les luttes quotidiennes, le sacré, la Nature, au sein d'une contrée où l'on se retrouvait fondamentalement seul

Alors qu'il tentait la solitude avec ses deux précédents jeux, la révélant comme partie intégrante de notre quotidien et jouant ainsi sur la chiche mais vitale présence de quelques compagnons de route (Yorda et Agro) pour offrir la perspective de ce tiraillement interne à tout être humain, il reprend ici le motif du petit garçon, et le fait se lover dans le ventre du monde, comme pour proposer une réconciliation avec celui ci, en jouant sur le thème cher à l'enfance "d'avoir un bon copain c'est agréable", surtout si celui ci est magique, noble et mystérieux, talisman protecteur de nos rêves et de notre innocence.
 
Alors même qu'une avalanche de titres et de nouvelles technologies s'apprête à déferler sur une Europe en proie à un gavage bien pratique façon raviolis en boites pour cause de période de crise à tous les étages, ce jeu annonce encore, à l'instar de ses glorieux ainés, une vraie touche d'espoir et de poésie, transcendant les impératifs marketing (vendre enfin de la PS3 à la tonne) et force HD (les explosions d'Uncharted 2 et de toute la clique d'autres jeu à la pyrotechnie prometteuse mais un peu vaine) pour rappeler qu'au delà de la consommation pure le jeu vidéo est un espace où peut se jouer à plein notre désir de fiction, élément indispensable pour tout être humain. 

Monsieur Fumeto Ueda, le monde entier vous regarde.


Publié dans Gaming

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mehdi 15/06/2009 11:36

Les 3 jeux se passent dans le meme monde , a des epoques differentes ( l histoire d ico se passait chronologiquement apres celle de shadow ) j imagine bien Ueda nous faire un sublime film d animation un de ces jours .